De quoi as-tu peur?

Image-citation d'illustration de l'article En 2017, j’ai quitté en quelques mois, mon lieu de vie, la plus grande partie de mes possessions, mon appartement génial, mon copain et ses enfants, mon boulot et mes engagements associatifs et politiques. Partir seule, sans revenu, avec 20’000.- d’économies, « nomade » sans but précis, des possessions tenant dans une valise et deux sacs à dos ; et en guise d’entreprise, un blog de 10 mois d’existence, un concept d’atelier de développement personnel et un livre tout juste publié.

Oui, j’ai mis près de 2 ans et demi…

… à retrouver une stabilité dans mes conditions de vie, par étapes ; pour sentir que le changement permanent est derrière moi, avec ses phases d’introspection intenses, son questionnement permanent, et beaucoup de temps seule. Près de 2 ans et demi après mon départ, je retrouve la clarté, une vision limpide et sereine, toute ma vie devant. D’ores et déjà d’une richesse magique que je n’aurais même pas pu imaginer auparavant.

Le chemin aussi a été superbe

Souvent joyeux, notamment pendant la phase d’exploration (nov. 17-nov. 2018), plus difficile quand il s’est agi d’intégrer tout cela et de faire des choix dans toutes les dimensions de ma vie. En chemin, des centaines de rencontres, la naissance de relations superbes – de ces liens qu’on tisse en voyage ou dans des conditions difficiles -, la découverte d’une multitude de lieux, de modes et d’histoires de vie ; vivre à une dizaine d’endroits et partager des moments du quotidien avec une trentaine de personnes, pour quelques jours ou quelques mois. Quelle aventure, quel enrichissement! Faire tout ça le cœur ouvert.

Oui, l’année 2019 a été spéciale, intense, parfois difficile, avec énormément d’introspection profonde, souvent seule, des fluctuations. La lente construction conscience d’une nouvelle vie qui se précisait en moi, tout en prenant du temps à s’incarner dans la réalité. Vivre la boussole au cœur, à la force de ma foi en la vie, en mon intuition, en ce que je sentais émerger lentement ; effrayée aussi par le constat que je fonctionnais ainsi selon un autre référentiel que la plus grande partie du reste du monde.

Je pensais avoir dépassé mes peurs

En 2019, je les ai affronté dans ce qu’elles avaient de plus profond: arriver au bout de mes économies alors que mon activité en est encore à ses balbutiements, la solitude, la folie, l’enfermement,… Oui j’ai traversé quelques moments difficiles, mais très peu nombreux dans le fond, et presque uniquement dans les derniers mois.

Et surtout, des moments de Joie pure et intense comme je n’en avais jamais connu auparavant. La profonde satisfaction de me sentir accomplir quelque chose d’immense. Qui m’a coûté sur le moment (énergie), mais pour m’apporter la plus belle des récompenses pour tout le reste de ma vie.

Au final, c’est 2-3 années d’incertitude (et au début je ne l’ai pas vécu ainsi), de manque parfois (issu de mes choix: j’ai toujours misé sur le long terme sans jamais rechercher de sécurité immédiate), mais aussi de vécu riche et intense, d’énormément de découverte. Pour une vie de rêve, alignée à 100% avec mon Moi profond, la confiance absolue en la boussole de mon cœur, que j’ai appris à manier dans toutes ses subtilités, pour tout le reste de ma vie!

Même à ce jour, où plein de choses restent non-concrétisées dans ma vie (1000-1500.- de revenu mensuel, célibataire, un seul client et des tas projets en cours), je me sens illimitée, joyeuse, forte, comblée et confiante à 100%.

Je n’ai pas le moindre regret…

… du chemin parcouru ou des risques pris, et suis surtout confiante de vivre et vieillir sereinement. Pouvoir mourir sans le moindre regret. Plutôt avec la satisfaction immense d’avoir vécu à fond, et apporté la plus belle contribution possible, à mes proches, aux autres, au monde.

=> As-tu osé aussi, franchir le pas du changement?

=> Et si au contraire, tu sens en avoir besoin, de quoi as-tu peur?

Suggestions de lectures sur ce blog:

=> Qu’est-ce que tout cela vous inspire? Et si vous vous faisiez le cadeau de l’exprimer? 🙂

Partage du coeur – donner et recevoir

Photo illustrant l'article intitulé Partage du coeur - donner et recevoirCe matin, je suis allée faire quelques courses à l’épicerie du village.

Alors que ces derniers mois, je me suis régulièrement sentie limitée financièrement, et me suis souvent questionnée sur ce que je m’offrais ou non, au-delà de « l’essentiel », j’ai cette fois vraiment suivi mes envies, confiante que pour vivre « en conscience », celles-ci sont l’expression de mon cœur et sont alignées avec ce qui est bon pour moi, sans superflu. J’ai choisi tout ce qui parlait à mon cœur, le reste ne résonnant simplement pas. Cela restait simple, même trop pour la plupart des gens sans doute, et pour moi c’était tout le luxe que j’avais envie de m’offrir ces jours.

Les prix des fruits et légumes étant particulièrement élevés en ce moment, j’en avais pour 30.- (CHF). Carte sans contact, une fois ça ne passe pas, classique. 2e fois: solde insuffisant. Encore un essai. Toujours pas. Oui, cela fait des mois que mon compte est en négatif et ça a toujours marché. L’ironie est même que je suis seulement à -100.- alors que depuis 3-4 mois j’étais presque toujours autour de -300.-. A la 2e tentative, le monsieur qui était en même temps que moi dans le magasin, avait déjà sorti son porte-monnaie.

Il s’approche. J’ai encore ma carte de crédit comme jocker.

Il dit: -« Enlevez cette carte que je puisse utiliser la mienne ».

Moi: – « … Mais c’est 30.-… »

Lui: – « J’ai la chance d’avoir un salaire et d’être encore payé ». [On est en plein confinement dû au Cornavirus]

J’admets – « Oui, moi j’ai une activité indépendante, encore en développement, c’est pas tout simple en ce moment… »

-« Alors, vous voyez! »

-« Merci beaucoup, c’est vraiment très gentil. Est-ce que je peux vous offrir quelque chose? » (J’ai un billet de 10.-).

-« Non, non, vous le rendrez, d’une manière ou d’une autre ».

-« Oui, c’est pour ça que je construits tout ça ce que je fais depuis des années… ».

-« Alors… »

Oui, c’est bien pour ça que j’ai ‘changé de vie’, que j’ai laissé tout derrière moi, ma vie d’avant, que j’ai cherché la liberté absolue, exploré dans toutes les dimensions jusqu’à l’épuisement, que je persévère au-delà de tout bon sens apparent, avec une vie qui ne ressemble pas encore à grand-chose de l’extérieur, essentiellement seule sur mon chemin depuis des années, un mode vie d’ermite à de nombreux moments, souvent « dans ma bulle », à écrire des kilomètres…, avec des dépenses réduites à l’extrême…

…Pour suivre mon cœur… et je sens que j’émerge ces jours…avec une joie encore vaguement incrédule, et ce que je prends comme un sublime signe aujourd’hui: que quand on suit son cœur, quand on ose d’offrir ce qui nous fait du bien, on élève notre énergie, et on attire à soi la « chance », l’abondance et les personnes qui vivent connectées à leur cœur. Faire l’expérience merveilleuse de recevoir le cœur ouvert, avec le désir profond de très vite, faire le même genre de geste du cœur pour quelqu’un d’autre, pour tous ceux qui croisent ma route, pour le monde.

La vie se vit le cœur ouvert. Ça fait peur, ça fait mal parfois, mais quelle merveilleuse récompense: Vivre, tout simplement!

Belle journée à tous!

Désencombrement matériel – bilan après 6 mois – témoignage

Désencombrement matériel – bilan après 6 mois – témoignage

désencombrement bilan valisesVoilà déjà 6 mois que je suis partie de Genève… C’est-à-dire que j’ai quitté mon appartement « parfait », dont j’avais dit en y entrant que je ne le lâcherais jamais ! 6 mois depuis une opération « désencombrement » excitante mais fastidieuse – l’équivalent selon moi de 2 ou 3 déménagements « normaux ». L’objectif était de me désencombrer de tous ces objets dont je n’avais pas vraiment besoin. Ou plus exactement de ces objets qu’il n’était pas utile de posséder pour en avoir l’usage. M’alléger pour me déplacer sans avoir besoin d’un camion à chaque fois. Cela a donné lieu à une réflexion sur la liberté, sur la richesse intérieure et le superflu de l’abondance matérielle, jamais suffisante. Ainsi que sur la simplicité et la sobriété sur tous les plans.

Pourquoi avoir fait le le choix du désencombrement ?

Depuis mon voyage au Québec en 2008 – avec des bagages que je pouvais à peine porter -, 4 ans de vie à 2 dans un studio de 40m2 et 5 déménagements, la question de l’encombrement matériel me travaillait. En effet, j’avais déjà souvent fait des tris et avais un logement assez zen et dépouillé. Cependant, c’est il y a un an environ, lorsque j’ai lu La semaine de 4 heures, de Tim Ferriss, que j’ai eu l’idée de franchir une étape supplémentaire. J’ai décidé de m’alléger encore un peu plus pour pouvoir voyager ou me déplacer sans conserver un logement en permanence, que je ne pouvais pas sous-louer.

Je me suis posé les questions suivantes : si je devais partir de chez moi en n’emportant que « l’essentiel », ça serait quoi ? Quel volume cela représenterait-il ? J’ai fait le test, en regroupant ce qui me paraissait essentiel sur une table. Surprise, ça tenait dans une valise et un sac à dos ! Je me sentais vraiment prête à renoncer à tout le reste. Dans ce cas, plus besoin d’un appartement complet !

L’essentiel, c’est quoi ?

La question de « l’essentiel » en appelle de nombreuses autres : essentiel pour survivre ? pour ne dépendre de personne ? ou juste les affaires « personnelles » ? La réponse dépend largement du mode de vie envisagé. Pour ma part, j’ai d’abord imaginé changer de lieu presque au quotidien, mais les aspects pratiques (recherche de logement, transport,…) auraient pris trop d’importance alors que je suis dans une phase de développement d’une entreprise. Finalement, j’ai opté pour la colocation et des changements de lieux tous les quelques mois, restant en région francophone pour des raisons professionnelles et à 2h de train de Genève environ pour le maintien des liens amicaux et familiaux. En tous cas pour une première étape.

desencombrement bilan 6 moisS’en sont suivi quelques mois d’un processus de désencombrement d’abord léger et excitant, puis pesant sur la fin pour valoriser le moindre objet : portes-ouvertes pour les voisins, petites annonces sur internet, réunion de famille « vide-appart », cadeaux, et finalement un énorme don matériel au CSP (Centre social protestant, association d’entraide).

Bilan de cette 1ère phase d’allègement

Au bilan, des contacts sympas avec mes anciens voisins, quelques 2000.- de produit de vente, deux locations de minibus, pas mal de sueur et de stress pour réussir à tout vider avant de rendre mon appartement. En effet, je devais pouvoir emporter tout ce qu’il restait, en train ! J’ai tout de même mis une certaine quantité d’affaires en pension chez mon ami, en attendant de les vendre ou les donner. Puis je suis partie un mardi matin, après l’état des lieux de sortie, avec une valise et 2 sacs à dos. Direction le train pour la Chaux-de-Fonds. J’avais beau me dire que pour un déménagement ce n’était pas grand-chose, sur le moment c’était bien lourd !

Les mois suivants, après un déplacement à Neuchâtel, j’ai récupéré l’ensemble de mes possessions restant à Genève. J’avais encore des choses à vendre et donner, mais n’avais pas le courage de m’en occuper tout de suite. Maintenant cela fait 6 mois que je suis partie. C’est un bon moment pour lancer la 2e phase du désencombrement matériel. En outre, je me rends compte maintenant de ce que j’utilise vraiment ou pas.

350 objets et 20% de superflu

Pour avoir tenu un inventaire détaillé, je sais que j’ai environ 350 objets. Ce va du paquet de post-it aux meubles, en passant par le shampoing et les paires de chaussettes. Sur ces 350, il y en a 10-20% que je n’utilise pas. Ce nombre inclut les « souvenirs » (albums photos,…) et les affaires encore à vendre. Donc cela me fournit un bon potentiel pour m’alléger encore !

Quid du réencombrement ?

Qu’ai-je acquis depuis début novembre ?

  • Un fauteuil pour ma chambre (non meublée) à 40.- via petites annonces
  • Un jean, 2 francs dans un magasin de seconde-main
  • Quelques stylos (j’en fait une consommation énorme)
  • 2 livres pour 3 francs
  • et quelques cadeaux de Noël… mes proches, intentionnés, ont veillé à la petite taille et à l’utilité des cadeaux.

Et c’est tout !

désencombrementJ’ai par ailleurs donné des vêtements en « échange » de mon jean à 2 francs et des livres « en échange » de ceux achetés pour 3 francs. Désormais, ma chambre est meublée d’un matelas gonflable, que j’avais acheté il y a des années comme lit d’appoint et conservé « au cas où ». A cela s’ajoutent : une petite étagère trouvée dans le galetas, un fauteuil acheté par petites annonces et une chaise « empruntée » dans le salon. J’avais gardé les rideaux rouges de mon ancienne chambre. Ceux-ci ont trouvé une place parfaite à la fenêtre et y resteront peut-être à mon départ…

A ce stade, j’ai encore des stocks de papier et bloc-notes, de cosmétiques, de vêtements «plus-que-nécessaires ». J’ai fait réparer mes chaussures chez le cordonnier, elles sont comme neuves et reparties pour des années ! J’ai également découvert le charme du cycle ‘don-acquisition’ du seconde-main : donner de la valeur à chaque objet et le voir pour ce qu’il est. Par contre, croyez-le ou non, je continue à perdre et chercher des choses, et trouver que je suis encombrée ! La prochaine étape a pour but de m’alléger encore et repartir d’ici quelques mois, toujours dans la région, pour une expérience de vie à la campagne.

Et vous, avez-vous une idée du nombre de vos « possessions » ?
A quoi pourriez-vous renoncer ? Qu’auriez-vous à gagner ou à perdre à avoir moins de choses ?

Salon du Mieux-Vivre – une belle expérience !

Salon du Mieux-Vivre – une belle expérience !

salon du mieux-vivre 2018Les 21 et 22 avril derniers, j’ai eu le plaisir d’intervenir avec 2 conférences et 2 ateliers, au Salon du Mieux-Vivre. Cet événement avait lieu dans le Jura Suisse. Remplaçant une intervenante, j’ai eu 2 semaines pour préparer mes interventions. Un joli défi d’efficience pour moi qui en suis une adepte : des délais courts pour un maximum d’impact et un minimum de « peaufinage ». Une façon de prendre quelques risques de blancs, mais également de laisser place à la flexibilité et à l’improvisation.

Atelier 1 “Du rêve à l’objectif”

Le bal s’est ouvert samedi à 10h45, avec un atelier « Du rêve à l’objectif – Je donne du sens à ma vie ». Il est une adaptation du « module 1 » de l’atelier « Je veux une vie extraordinaire ! », qui a été raccourci pour l’occasion afin de s’adresser à davantage de participants. Première surprise au début de l’atelier : les participants étaient là pour un autre sujet ! Le programme papier du salon du Mieux-Vivre ayant été publié avant le changement d’intervenante, presque personne n’était au courant de ma présence. Heureusement, les participants ont choisi de rester et en sont ressortis souriants et détendus. Un début de journée tout en douceur et en introspection avec une invitation à un voyage intérieur à l’écoute de son cœur. Cet atelier était un peu comme une méditation guidée. Le moyen de permettre à chacun de découvrir ou redécouvrir ses rêves enfouis, les formuler et se donner les moyens de les réaliser.

Conférence 1 “Le pouvoir de l’intuition”

salon du mieux-vivre 2018

Le pouvoir de l’intuition était de nouveau au cœur de ma première conférence « A l’écoute de votre intuition pour réussir dans la vie », le même jour en début d’après-midi :

Qu’est-ce que l’intuition ? Pourquoi a-t-on souvent du mal à s’y connecter, à l’écouter ? Comment y remédier ?

Une aventure à l’intérieur de soi-même, à la découverte de la voix de son cœur. Pour bâtir sa vie sur ses rêves et son génie, apprendre à se connecter à son « Moi profond » à travers des moyens facilement accessibles à tous, en tout temps et en tout lieu. Une boussole intérieure d’une puissance miraculeuse pour décupler son bonheur et sa réussite.

Conférence 2 “Oser le changement”

En fin d’après-midi, une conférence sur un thème qui touche tout le monde à un moment ou un autre de sa vie : « Oser le changement – Vous êtes le héros de votre développement personnel ».

L’évolution exponentielle liée à la technologie présente de formidables opportunités. Toutefois, cela entraîne également des changements rapides au quotidien, notamment dans la vie professionnelle. Pour s’adapter et participer à cette évolution, il faut comprendre et disposer d’outils pour réussir ses propres changements. C’est ce que j’ai proposé aux participants durant cette heure de conférence : les accompagner dans un voyage intérieur à travers les 6 étapes du changement, pour l’apprivoiser et poser les jalons, pas-à-pas, d’une vie extraordinaire. Le contenu de cette conférence est un échantillon d’une future méthode complète, pas-à-pas, un coaching en ligne à sortir d’ici l’été (en savoir plus).

Atelier 2 “La clé du bonheur est dans les habitudes”

salon du mieux-vivre 2018Pour clore ce beau week-end ensoleillé, nous avons exploré dimanche matin, en petit groupe, l’importance et le sens de nos habitudes de vie. Ces petits gestes et ces choix quotidiens, qui sont répétés jour après jour et qui définissent notre niveau de réussite et de qualité de vie. Dans cet atelier interactif et ludique, les participants ont exploré de nouveaux ingrédients à introduire dans leur quotidien, pour une santé, un moral, une réussite et des relations extraordinaires !

Le bilan de cette première participation au salon du Mieux-Vivre : un nombre de participants limité, mais beaucoup de plaisir, de beaux échanges, de beaux sourires, une météo splendide dans un décor de rêve. Un grand merci aux organisateurs et aux participants !

Crédit photos : Bertrand Liévaux • www.lievaux-photographe.ch

Salon du Mieux-Vivre & autres ressources

Lien vers le site web des Salons du Mieux-Vivre

Pour en savoir plus sur les ateliers, je vous invite à visiter la page consacrée en cliquant ici
Pour un accompagnement personnalisé sur l’un de ces sujets, n’hésitez pas à me contacter
Pour les conférences, n’hésitez à prendre contact avec moi
Vous retrouvez toutes ces thématiques dans mon livre Le livre de développement personnel dont vous êtes le héros