Gestion du temps – ou comment relier la méthode Pomodoro à sa Mission de vie ?

Gestion du temps – ou comment relier la méthode Pomodoro à sa Mission de vie ?

gestion du temps méthode pomodoroQuel est le lien entre la méthode Pomodoro (travailler par tranches de 25 minutes entrecoupées de 5 minutes de pause, voir plus bas) et la Mission de vie (quelle est ma contribution, ce pour quoi je suis fait.e?) ? C’est le cheminement de pensée que j’ai proposé vendredi dernier aux participants d’un « Müesli talk » (Talk autour d’un petit-déjeuner… Müesli, petit-déjeuner typiquement Suisse) au Hub Neuchâtel (espace de coworking).

L’idée : S’élever au-delà de l’application d’un outil concret pour mieux en percevoir le sens. Tout commence par une question :

Pour quoi un outil de gestion du temps ?

Ma réponse :

pour « utiliser » le temps au mieux. Le temps s’écoule quoi qu’il arrive et il est impossible de le stocker, de le mettre en réserve.

Pour quoi utiliser le temps au mieux ?

Ma réponse :

pour atteindre ses objectifs, réussir ses projets

Pour quoi atteindre ses objectifs ?

Ma réponse :

pour atteindre ses grands buts, réussir dans la vie

Pour quoi atteindre ses grands buts ?

Ma réponse :

pour accomplir sa Mission de vie, se réaliser, être heureux et sans regrets au terme de sa vie

Donner du sens à un outil de gestion du temps

Wouahou ! Un beau programme n’est-ce pas ? Qu’est-ce que cela vous fait de prendre conscience de ce lien ? Cela donne bien davantage de sens à un outil concret et en apparence anodin, n’est-ce pas ?

Remarque : Vous pouvez suivre le même genre de processus pour tout projet ou activité.

A quoi celle-ci vous relie-t-elle de supérieur ?

Et si elle ne vous relie à rien, peut-être est-ce le moment d’y renoncer ?

Nous voici au sommet. Comment maintenant « redescendre » et l’exprimer dans la réalité ?

Comment relier méthode Pomodoro et Mission de vie ?

Voici plusieurs pistes pour relier votre Mission de vie à un outil de gestion du temps efficace : la méthode Pomodoro.

  • faire un travail introspectif, identifier et formuler sa mission de vie (ce travail est conséquent, nécessite du calme et du temps ; il peut être utile de se faire accompagner pour cela, par un livre, voire par un coach) ;
  • formuler des objectifs à long terme (qu’est-ce que je veux pour dans 10 ans?) et décliner ceux-ci en étapes, à moyen et à court terme (jusqu’au mois) ;
  • traduire les objectifs du mois sous forme de tâches, d’actions à entreprendre ;
  • prioriser ces tâches (chaque début de semaine par exemple) : qu’est-ce qui important ou non ; urgent ou non ? Pour identifier l’importance d’une tâche, posez-vous la question : « Qu’est-ce que cela va m’apporter ? » Ou « qu’est-ce que cela aura comme conséquence si je ne le fais pas ? ». On peut alors utiliser ce que l’on appelle, la Matrice d’Eisenhower. Attention de faire primer l’importance sur l’urgence ! Trop souvent, on se fait mener par les urgences.
  • une fois les priorités établies, quantifier (combien de temps je me laisse pour…? ; voir l’article détaillant les lois de Pareto et de Parkinson) et planifier (Ici, à chacun d’apprécier le niveau de « cadrage » dont il a besoin).
  • agir ! En posant une action, un pas à la fois. Pour cela, la méthode Pomodoro est très utile : alterner par le biais d’une minuterie des plages de concentration de 25 minutes et des pauses de 5 minutes. Pauses de 15 minutes toutes les 2 heures. Cela concerne surtout des activités assises, par exemple à l’ordinateur.

Les plages de 25 minutes : concentration intense sur une seule tâche à la fois.

Les pauses : se lever, faire quelques mouvements, respirer, aller aux toilettes, dire quelques mots à quelqu’un,…

Les 4 grandes vertus de la méthode Pomodoro

  1. l’alternance d’état concentré et diffus du cerveau : bien pour son fonctionnement optimal
  2. le mouvement du corps toutes les 30 minutes : important pour ménager son dos. La position assise prolongée est néfaste, et le fait de bouger régulièrement atténue les effets négatifs
  3. incite à ‘lever le nez du guidon’ : faire le point, se rendre compte du temps déjà consacré à une tâche (évite de tomber dans le « peaufinage » ; voire loi de Pareto)
  4. se concentrer sur une seule chose à la fois incite à gérer les sources de distractions (notifications, messagerie électronique,…) pour plus d’efficience.

Cet article présente tout ce cheminement de manière très concise et synthétique. La mise en place de toutes ces étapes peut prendre du temps et un engagement certain. A la clé toutefois, c’est une vie pleine de sens et un travail beaucoup plus efficient (+ de résultats pour – moins d’énergie dépensée) et satisfaisant. A chacun de voir ce qui est bon pour soi, en fonction de la phase de vie traversée. Ces méthodes peuvent apparaître un peu « carrées », cela est bénéfique dans certaines phases, lorsqu’on a l’impression de ne pas réussir à tout faire, ou de ‘courir après le train’. Elles sont un guide et non une fin en soit.

Le but : Avancer avec confiance vers un but en ménageant une place à tout ce qui est important pour soi, avec plaisir et respect de soi.

Pour conclure…

Pour conclure, une question ouverte : « Que pourriez-vous faire d’important (projet, temps avec ses proches,…) en gérant mieux votre temps ? »

Quelles sont vos expériences, vos astuces, ou les obstacles que vous avez rencontrés ?

Pour poursuivre votre lecture

Le livre de développement personnel : un outil indispensable pour vous aider à découvrir votre mission de vie, à formuler vos objectifs et apprendre à gérer votre temps…