Et si on ralentissait?

 Dessin d'un hamster courant dans sa roueEt si on prenait le temps de la lenteur?

Pendant le confinement, nombre d’entre nous ont vu leur rythme ralentir: effrayant, bénéfique, inespéré? Des nombreux échos que j’ai entendu après coup, c’était bien agréable: davantage de temps pour être avec ses enfants, être plus calme, des enfants plus calmes, pouvoir faire des choses qu’on ne fait pas d’habitude. Notamment écouter ses rythmes naturels, faire des choses pour soi, se remettre au dessin, à la danse ou à la cuisine, méditer, manger mieux, voir ses enfants plus épanouis. Du luxe, ça? Ou juste normal et vital?

Et si c’était juste le ‘normal’ qui était totalement fou? Et pas dans le bon sens du terme… De fait, qu’il y a-t-il d’épanouissant à courir sans cesse, tel le hamster dans sa roue, faire toujours plus, quitte à ce que ce soit au détriment de la qualité? Et pour qui, pour quoi?

Le fait est que notre société actuelle, et le monde du travail qui semble la piloter, est un héritage direct de la révolution industrielle: l’homme comme ouvrier, à construire, faire fonctionner, réparer, être substitué par une machine. La machine à l’image de l’homme, l’homme à l’image de la machine… : temps de travail fixe, minuté, tous les jours la même chose, mesure des performances, de l’efficacité, chacun à son poste, tel le rouage. Et si l’un d’eux n’apporte plus les performances requises pour l’atteinte d’un résultat… on le remplace par un autre…

Cela vous dit quelque chose?

La société évolue, heureusement… un peu.

Qu’en est-il de l’efficience?

Quel sens cela a-t-il de rester 8h par jour assis-e derrière un écran d’ordinateur alors que l’on sait que le cerveau fonctionne de manière optimale avec des variations d’intensité, entre état diffus et état concentré? De rester enfermé ‘dans une boite’ 8h par jour alors que l’on sait que la seule manière de régénérer ses neurones, de trouver de l’inspiration, de stimuler sa création ou de baisser la tension artérielle consiste à être dehors, en mouvement, dans la nature de préférence? Que l’on sait que chacun de nous est différent et a des rythmes naturels, des cycles, que ce soit de sommeil, d’énergie,… différents?

Prendre conscience de ses rythmes naturels

Nous sommes tellement conditionnés à suivre un rythme imposé par l’extérieur (parents, école, entreprise,…), que la plupart d’entre nous ne sommes même pas conscients de nos propres rythmes! …Que certains culpabilisent parce qu’ils n’arrivent pas à se lever le matin, ou étouffent leur créativité parce que leur inspiration vient entre 23h et 2h du matin et qu’ils ne seront pas en forme pour aller au bureau?

Et si ralentir consistait surtout à prendre le temps de s’écouter et faire des choix plutôt que de continuer en mode ‘hamster’? En effet, comment peut-on prendre le temps de l’introspection, de faire des choix pour sa vie en passant son temps à courir… pour les autres? Comment changer de direction alors qu’on arrive déjà pas à suivre le rythme dont on a l’habitude?

Voir grand vs. résultats immédiats

L’autre problème avec le paradigme de la vitesse, c’est que l’on s’habitue à se rassurer sans cesse avec des résultats immédiats. Ainsi, on perd complètement de vue que certaines choses prennent du temps… Les grandes choses prennent du temps. Pour avoir des résultats, on privilégie les solutions à court terme, qui riment souvent avec médiocrité.

Tout doit aller vite, sinon c’est l’échec: Rencontrer l’âme sœur en quelques jours grâce aux supers outils des sites internet, et se mettre en couple une semaine plus tard? Créer un business en ligne et générer des résultats en quelques mois, et sinon renoncer? Lancer une action marketing annuelle et espérer que cela fasse des miracles? Quelle folie!

Les plus grandes réalisations humaines, architecturales notamment ; les grandes découvertes, inventions ; les entreprises florissantes et durables ; les plus belles relations,… tout cela a pris du temps, et une grande partie dans l’ombre, sans aucune certitude. Les résultats ne sont pas visibles immédiatement, l’essentiel même peut-être, à l’image de l’iceberg. A vouloir se rassurer avec un résultat visible immédiatement, on se cantonne dans du « petit », partiel, et souvent assez peu satisfaisant.

Et si on changeait de référentiel?

Oser la « lenteur », oser prendre le temps, c’est:

  • Faire une seule chose à la fois, mieux, et en tirer de la joie
  • S’autoriser à s’écouter, écouter ses besoins, apprendre à mieux se connaitre
  • Être véritablement présent à ce qui est, via les 5 sens, savourer, s’émerveiller
  • Vivre en conscience et pouvoir faire des choix
  • Oser voir grand
  • Prendre le temps de ne rien faire, laisser de l’espace… pour les surprises 🙂

=> Et vous, quelle est votre expérience de la « lenteur »?

=> Que pourriez-vous vivre en ralentissant?

Suggestions de lectures sur ce blog:

=> Qu’est-ce que tout cela vous inspire? Et si vous vous faisiez le cadeau de l’exprimer? 🙂

Gestion du temps – ou comment relier la méthode Pomodoro à sa Mission de vie ?

Gestion du temps – ou comment relier la méthode Pomodoro à sa Mission de vie ?

gestion du temps méthode pomodoroQuel est le lien entre la méthode Pomodoro (travailler par tranches de 25 minutes entrecoupées de 5 minutes de pause, voir plus bas) et la Mission de vie (quelle est ma contribution, ce pour quoi je suis fait.e?) ? C’est le cheminement de pensée que j’ai proposé vendredi dernier aux participants d’un « Müesli talk » (Talk autour d’un petit-déjeuner… Müesli, petit-déjeuner typiquement Suisse) au Hub Neuchâtel (espace de coworking).

L’idée : S’élever au-delà de l’application d’un outil concret pour mieux en percevoir le sens. Tout commence par une question :

Pour quoi un outil de gestion du temps ?

Ma réponse :

pour « utiliser » le temps au mieux. Le temps s’écoule quoi qu’il arrive et il est impossible de le stocker, de le mettre en réserve.

Pour quoi utiliser le temps au mieux ?

Ma réponse :

pour atteindre ses objectifs, réussir ses projets

Pour quoi atteindre ses objectifs ?

Ma réponse :

pour atteindre ses grands buts, réussir dans la vie

Pour quoi atteindre ses grands buts ?

Ma réponse :

pour accomplir sa Mission de vie, se réaliser, être heureux et sans regrets au terme de sa vie

Donner du sens à un outil de gestion du temps

Wouahou ! Un beau programme n’est-ce pas ? Qu’est-ce que cela vous fait de prendre conscience de ce lien ? Cela donne bien davantage de sens à un outil concret et en apparence anodin, n’est-ce pas ?

Remarque : Vous pouvez suivre le même genre de processus pour tout projet ou activité.

A quoi celle-ci vous relie-t-elle de supérieur ?

Et si elle ne vous relie à rien, peut-être est-ce le moment d’y renoncer ?

Nous voici au sommet. Comment maintenant « redescendre » et l’exprimer dans la réalité ?

Comment relier méthode Pomodoro et Mission de vie ?

Voici plusieurs pistes pour relier votre Mission de vie à un outil de gestion du temps efficace : la méthode Pomodoro.

  • faire un travail introspectif, identifier et formuler sa mission de vie (ce travail est conséquent, nécessite du calme et du temps ; il peut être utile de se faire accompagner pour cela, par un livre, voire par un coach) ;
  • formuler des objectifs à long terme (qu’est-ce que je veux pour dans 10 ans?) et décliner ceux-ci en étapes, à moyen et à court terme (jusqu’au mois) ;
  • traduire les objectifs du mois sous forme de tâches, d’actions à entreprendre ;
  • prioriser ces tâches (chaque début de semaine par exemple) : qu’est-ce qui important ou non ; urgent ou non ? Pour identifier l’importance d’une tâche, posez-vous la question : « Qu’est-ce que cela va m’apporter ? » Ou « qu’est-ce que cela aura comme conséquence si je ne le fais pas ? ». On peut alors utiliser ce que l’on appelle, la Matrice d’Eisenhower. Attention de faire primer l’importance sur l’urgence ! Trop souvent, on se fait mener par les urgences.
  • une fois les priorités établies, quantifier (combien de temps je me laisse pour…? ; voir l’article détaillant les lois de Pareto et de Parkinson) et planifier (Ici, à chacun d’apprécier le niveau de « cadrage » dont il a besoin).
  • agir ! En posant une action, un pas à la fois. Pour cela, la méthode Pomodoro est très utile : alterner par le biais d’une minuterie des plages de concentration de 25 minutes et des pauses de 5 minutes. Pauses de 15 minutes toutes les 2 heures. Cela concerne surtout des activités assises, par exemple à l’ordinateur.

Les plages de 25 minutes : concentration intense sur une seule tâche à la fois.

Les pauses : se lever, faire quelques mouvements, respirer, aller aux toilettes, dire quelques mots à quelqu’un,…

Les 4 grandes vertus de la méthode Pomodoro

  1. l’alternance d’état concentré et diffus du cerveau : bien pour son fonctionnement optimal
  2. le mouvement du corps toutes les 30 minutes : important pour ménager son dos. La position assise prolongée est néfaste, et le fait de bouger régulièrement atténue les effets négatifs
  3. incite à ‘lever le nez du guidon’ : faire le point, se rendre compte du temps déjà consacré à une tâche (évite de tomber dans le « peaufinage » ; voire loi de Pareto)
  4. se concentrer sur une seule chose à la fois incite à gérer les sources de distractions (notifications, messagerie électronique,…) pour plus d’efficience.

Cet article présente tout ce cheminement de manière très concise et synthétique. La mise en place de toutes ces étapes peut prendre du temps et un engagement certain. A la clé toutefois, c’est une vie pleine de sens et un travail beaucoup plus efficient (+ de résultats pour – moins d’énergie dépensée) et satisfaisant. A chacun de voir ce qui est bon pour soi, en fonction de la phase de vie traversée. Ces méthodes peuvent apparaître un peu « carrées », cela est bénéfique dans certaines phases, lorsqu’on a l’impression de ne pas réussir à tout faire, ou de ‘courir après le train’. Elles sont un guide et non une fin en soit.

Le but : Avancer avec confiance vers un but en ménageant une place à tout ce qui est important pour soi, avec plaisir et respect de soi.

Pour conclure…

Pour conclure, une question ouverte : « Que pourriez-vous faire d’important (projet, temps avec ses proches,…) en gérant mieux votre temps ? »

Quelles sont vos expériences, vos astuces, ou les obstacles que vous avez rencontrés ?

Pour poursuivre votre lecture

Le livre de développement personnel : un outil indispensable pour vous aider à découvrir votre mission de vie, à formuler vos objectifs et apprendre à gérer votre temps…

The Miracle Morning, Hal Elrod

The Miracle Morning, Hal Elrod

the miracle morningLe livre du jour : The Miracle Morning, de Hal Elrod

« Chaque fois que vous choisissez la solution de facilité et non celle qu’il vous faut, vous façonnez votre identité et devenez le type de personne qui opte pour ce qui est facile ».

« La discipline crée le mode de vie ».

Le principe du Miracle morning

Il s’agit de se lever avant le début de sa journée « normale » et consacrer ce temps à ce qui nous fait du bien. Faire ces choses importantes quel que soit le déroulement de la journée !

Notes de lecture :

  • L’importance de bien s’entourer : nous finissons par ressembler aux 5 personnes avec qui nous passons le plus de temps.
  • Le succès vient avec l’épanouissement (il dépasse rarement le niveau de développement personnel du moment)
  • Objectif : connaître une satisfaction de 10/10 dans tous les domaines de la vie (y compris les finances). A ce niveau, on obtient tout sans lutter le moindre du monde.
  • Le 1er rituel de la journée détermine notre état d’esprit et donne le ton au reste de la journée.

L’influence du sommeil sur notre psychologie est largement conditionnée par notre croyance personnelle dans le nombre d’heures dont nous avons besoin. >>> on peut décider de modifier cette croyance.

Accroître sa motivation pour se réveiller chaque matin comme si c’était le matin de Noël, un départ en voyage,..quelque chose qui donne envie de sauter du lit quel que soit le nombre d’heures de sommeil.

Notre première pensée le matin est souvent la même que la dernière avant de se coucher >>> définir des intentions positives pour le lendemain.

Quelle que soit sa largeur, il existe en nous une faille entre la personne que nous sommes et celle que nous voulons devenir. C’est en agissant que l’on comble cette faille, sans attendre.

Pour assurer un optimal niveau de motivation au réveil (NMR)

  1. définir ses intentions avant de se coucher
  2. se lever tout de suite (par ex: mettre son réveil à l’autre bout de la chambre)
  3. se brosser les dents
  4. boire un verre d’eau
  5. bouger, faire de l’exercice physique

Life Savers – 6 techniques pour aller vers la réalisation de son plein potentiel

  1. Silence – méditation, gratitude
  2. Affirmations positives : ce que je souhaite, pourquoi, qui je m’engage à être pour atteindre ce que je souhaite, ce que je m’engage à faire + citation inspirante.
  3. Visualisation : ce que je veux vraiment ; qui je deviens, ce que je fais.
  4. Exercice physique: yoga, gym,…
  5. Reading
  6. Scribing (écriture) – journal des succès et réalisations

Varier les plaisirs dans le rituel pour conserver l’attrait de la nouveauté.

« Notre qualité de vie dépend de la qualité de nos habitudes ».

« Votre motivation vous fait démarrer, mais c’est l’habitude qui nous fait persévérer ».

Changement d’habitude – en 30 jours

J1-10 : pénible, voire insupportable

J11-20 : désagréable

J21-30 : irrésistible !

Se procurer le livre

Lire aussi : Les vertus du lever aux aurores