Réveillons-nous! Liberté, écologie, développement personnel – tout est lié

Croyez-vous que « faire des efforts pour la planète » pourrait restreindre votre liberté?

Alors que la plupart d’entre nous (j’utilise délibérément le ‘nous’ généralisant pour simplifier la lecture dans le reste du texte) articulons toute notre vie autour des (non-)choix des autres:

  • Nos horaires, dictés par notre employeur (/l’école), jusqu’à nos vacances et nos moments de repos ; allouant des plages fixes à chaque activité sans aucune flexibilité
  • Nos achats, largement influencés par les modes, les choix des lobbys, les messages de la publicité, des assortiments des grandes surfaces (acheter un produit juste parce qu’il est en action…)
  • Nos loisirs, par les gens autour de nous (« il faut absolument que tu fasses ça! »), la pub, ou nos points cumulus
  • Notre maison (=refuge, chez soi, nid,…), où on se prend la tête à ranger, nettoyer, chercher, parmi la surcharge d’objets, de papiers, de nourriture, vêtements,…

et on attend la retraite, parfois sans savoir davantage ce que l’on veut faire de toute cette liberté, tablant (sans vraiment comprendre comment) sur le fait que la société nous permette de continuer notre train de vie en récompense des sacrifices concédés pendant 30 ou 40 ans…

Réveillons-nous!

Et si nous osions au moins nous poser la question de nos besoins réels, à nous, de notre corps, de notre esprit: « qu’est-ce que j’aime vraiment? »? Sortons de l’état « mental » permanent, des ‘il faut/je dois’. « Qu’est-ce qui me fait vibrer, me sentir vivant-e, vraiment? »

Revisitons nous croyances/convictions, sur nous, les autres, le monde. Osons essayer des choses nouvelles, celles proposées par notre cœur (cette idée irrationnelle voire complètement folle qui revient encore et encore: c’est probablement la plus sensée de toute!), apprenons à sentir/observer ce que cela génère en nous. Est-ce notre voix ou celle, projetée, de quelqu’un d’autre?

Sortir du moule

Oui, sans nulle doute, à l’image du « panier de crabes », nos proches, à coup de légères inquiétudes, de regards surpris, de conseils raisonnables, essayeront (inconsciemment) de nous ramener parmi eux, dans le confort terne de l’inconscience. Autorisons-nous à ne pas être compris, au moins un temps. Alimentons notre flamme – au risque de souffrir d’étouffement pour le reste de notre vie -, et quand elle brillera avec suffisamment d’éclat, les autres s’y intéresseront, et malgré leurs appréhensions, viendront s’y inspirer, s’y réchauffer. On est bon pour personne quand on est malheureux ou même juste « ok ».

Oser briller

Et que croyez-vous qu’il se passe, quand vous nous éveillons, à l’écoute de notre cœur, de nos besoins ; à s’autoriser à faire ce qu’on veut, quand, où et avec qui nous voulons, vraiment? Non seulement nous brillons et aidons les autres à briller à leur tour, mais nous arrêtons aussi de consommer comme des canards qu’on gave ; parce que nos besoins profonds (sécurité intérieure) sont simples et beaux, proches de l’essentiel ; et que nous n’avons plus besoin de compenser nos frustrations latentes et quotidiennes en se remplissant de n’importe quoi!

Et s’harmoniser avec ce qui nous entoure

Être éveillé, connecté à soi, c’est aussi être conscient que l’on fait partie d’un Tout (-> la « planète » du début) et s’harmoniser naturellement avec, au moins jusqu’à un certain point.

La plus grosse part de notre consommation absurde et effrénée est due à l’inconscience profonde et tellement peu naturelle qu’on s’en libère assez rapidement une fois qu’on s’autorise, par exemple, à faire au moins une activité « professionnelle » (celle qui occupe la plus grande part de votre temps) avec laquelle on se sente réellement en accord.

Et si nous autorisions à nous poser des questions?

« Un cavalier fonçait sur une route. Un paysan qui le vit passer lui cria: « Et où allez-vous comme ça? ». Le cavalier: « Je ne sais pas, demandez au cheval! ».

Et vous, où allez-vous?

Suggestions de lectures sur ce blog:

=> Qu’est-ce que tout cela vous inspire? Et si vous vous faisiez le cadeau de l’exprimer? 🙂

Moi 2.0 – Ou comment se reprogrammer pour modifier son comportement?

se reprogrammer

Pourquoi chercher à se reprogrammer? Je me base sur le principe fondamental suivant: « mon monde intérieur crée mon monde extérieur ».

Autrement dit, ce que nous sommes, notre « programmation intérieure », faite de valeurs, de croyances, d’expériences,… influe sur nos pensées, sur ce à quoi nous accordons notre attention. Ces mêmes pensées influent sur notre comportement, qui génère des actions… qui génèrent des résultats.

On peut résumer ceci par « l’équation » suivante:

Programmation => pensées => comportement => actions => résultats

Même action, même résultat

Si le résultat ne vous convient pas, ce qui revient à dire que vous ne parvenez pas à atteindre le but que vous vous êtes fixé (expressément ou non), il faut probablement procéder (agir) différemment. C’est-à-dire se reprogrammer. En effet, reproduire une même action a de grandes chances de donner le même résultat. En agissant différemment, vous obtiendrez un résultat différent.

« If you do what you’ve always done, you’ll get what you’ve always got »

Henri Ford

Si par exemple vous voulez perdre du poids, que vous avez déjà essayé une fois en suivant un régime donné, et que vous n’avez pas atteint le résultat escompté, il y a de grandes chances qu’en faisant le même régime, vous aboutissiez de nouveau à un échec. Probablement pas par manque de volonté de votre part, ni même de discipline, mais peut-être simplement parce que ce régime ne vous convient pas (soit dit en passant, tout régime impliquant un déséquilibre nutritionnel ou une privation est tôt ou tard voué à l’échec, mais c’est un autre sujet…).

Se reprogrammer : parfois, il faut essayer encore…

Par contre, il peut arriver aussi que vous essayiez une autre manière de faire (d’agir), et que cela ne fonctionne pas mieux. Il faut alors essayer encore, en essayant de trouver ce qui vous convient le mieux, dans l’énergie du moment. Il faut parfois un peu de temps pour se reprogrammer et trouver la méthode qui nous convient vraiment.

Par exemple, pour un régime, trouvez ce qui vous plait, ce qui convient à votre mode de vie, pour que cela soit une expérience positive et non ressentie comme une contrainte. Pour un changement durable, il est essentiel de trouver un fonctionnement qui vous convienne et que vous puissiez intégrer à votre quotidien, à long terme. Si au contraire l’expérience est vécue négativement, vous vous dépêcherez de l’abandonner et, à défaut d’alternative, reviendrez à vos anciennes habitudes.

… Et chercher plus en profondeur…

Et peut-être, aller chercher davantage en profondeur. Le changement de surface revient à vouloir corriger une erreur sur une feuille imprimée en la corrigeant au tipex puis en la réimprimant en espérant voir la version corrigée. Autrement dit, modifier le comportement, chercher à se reprogrammer, ne suffit pas toujours.

Pour garantir le succès durablement, il faut agir « à la source » – au niveau de notre programmation intérieure, faite de convictions, de représentations et de significations. Pour rester dans l’exemple du régime: quelle conviction liée à la nourriture, quelle représentation, me limite dans mon envie de retrouver la forme? Peut-être une peur de manquer liée à l’enfance? Voire même une croyance culturelle héritée, associant la richesse à l’abondance de nourriture?…

Se reprogrammer : que voulez-vous obtenir exactement?

Pour savoir comment se reprogrammer, il importe de définir le but, le résultat que l’on veut atteindre. Que voulez-vous? Que voulez-vous accomplir, où, quand, avec qui?

Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de se définir consciemment des buts, des objectifs, des intentions ; de les rendre les plus précis possible, et de les mettre par écrit. Que voudriez-vous avoir accompli, vécu au terme de votre vie? Quelles étapes pour cela? Que devez-vous faire pour cela?

Qui devez-vous devenir pour atteindre votre but?

Et pour cela, quelles habitudes/pratiques/attitudes voulez-vous développer? Et pour développer celles-ci, que devez-vous croire, quels principes devez-vous intégrer, quelle personne devez-vous devenir?

Quel est l’écart entre cette personne et celle que vous êtes actuellement? Qu’est-ce qui vous sépare de votre but, ce « moi » que vous voulez devenir?

Transformer des convictions/significations

Il existe des moyens très efficaces de transformer et de construire de nouvelles convictions aidantes, malheureusement trop longs à décrire ici. Vous en trouverez quelques éléments dans Le livre de développement personnel dont vous êtes le héros (Ed. Jouvence, 2017) et cela peut bien sûr prendre place dans le cadre d’un accompagnement.

S’inspirer d’un modèle

Un autre moyen, puissant et facile à mettre en œuvre est l’imitation d’un modèle, de personnes ayant réussi ce que vous cherchez à atteindre. Comment ont-ils procédé? Quelles habitudes, attitudes, pratiques ont-ils mis en place et dont vous pourriez vous inspirer? Quelle attitude semble les porter? La détermination, la confiance?

Comme une action entraine un résultat donné, en copiant le plus précisément possible un comportement menant à ce que vous voulez, vous avez toutes les chances d’atteindre le même résultat.

Qui sont ces personnes? Comment pouvez-vous saisir leur « recette » du succès?

En leur demandant directement, bien sûr, quand cela est possible (les gens aiment qu’on s’intéresse à leur réussite), soit par le biais d’un blog, d’un livre, d’une formation, d’une conférence,…

Se reprogrammer – Synthèse

Cet article vous invite autant à une réflexion de fond avant de passer à l’action pour un changement de programmation intérieure :

  • Quelle personne souhaitez-vous devenir?
  • Que voulez-vous atteindre, accomplir?
  • Pour cela, à quels « programmes » souhaitez-vous renoncer et par lesquels pouvez-vous les remplacer?

L’esprit ayant horreur du vide, il est essentiel de transformer ou remplacer un schéma de pensée ou de comportement, plutôt que d’y renoncer. En ancrant un nouveau schéma aidant, vous allez naturellement « désactiver » l’ancien.

  • Quelles convictions, à propos de vous, des autres ou du monde, vous limitent actuellement?
  • Et concrètement, quelles personnes vous inspirent de l’admiration, de l’envie?

Bonne nouvelle : en vous rapprochant d’elles, directement ou indirectement, vous pouvez bénéficier de leur influence, et développer les mêmes programmes, pour arriver aux mêmes résultats.

Pour continuer votre lecture

Vous ressourcez-vous seule-e ou en compagnie ?

Vous ressourcez-vous seule-e ou en compagnie ?

Introversion ou extraversionD’expérience, ce facteur ‘social’ est un levier capital pour préserver et accroitre son énergie. Du moment où l’on est conscient de son fonctionnement.

On parle de tendance à l’extraversion (littéralement ‘tourné vers l’extérieur’) ou à l’introversion.

Attention, ces termes ont dans le langage courant une connotation ‘timide’ ou ‘sociable’, qui sont des raccourcis erronés ! Les personnes ayant des difficultés de socialisation sont probablement de tendance fortement introvertie (expression parfois résumée par ‘introverti’ dans la suite du texte), mais l’inverse n’est pas vrai : beaucoup de personne à tendance introvertie sont très sociables, et les extravertis peuvent être calmes et solitaires par moments.

Introversion ou extraversion ?

Ces termes décrivent en fait la façon dont chacun – selon sa tendance – se ressource. Une personne introvertie a besoin de temps seule. Cela peut être pour une période plus ou moins longue, et elle peut être très sociable par ailleurs. Mais pour recharger ses batteries, elle a besoin de s’isoler. A l’inverse, la personne à tendance extravertie a besoin de monde autour d’elle pour se ressourcer. Elle peut tout à fait bien vivre des moments de solitude, mais aura à un moment ou un autre un besoin pressant d’être entourée. C’est ainsi qu’elle se retrouve. Bien sûr, tout le monde a besoin des deux. Ce sont les proportions qui varient d’une personne à l’autre.

En société, les introvertis sont plus à l’aise en petit comité et les extravertis en groupe, même grand.

L’introversion moins reconnue

Culturellement, l’extraversion est davantage valorisée. C’est donc en général les introvertis qui ont du mal à reconnaitre et affirmer, sainement, leur besoin de solitude choisie. Surtout pendant l’enfance ou l’adolescence : les extravertis, souvent entourés d’un groupe ou d’une bande, sont perçus comme plus ‘cool’ ; les introvertis peuvent être taxés de timide, de ‘sans ami’, se sentir différents ou seul-e. A l’âge adulte, c’est plus subtil.

Répondre ou ignorer son besoin

Dans les deux cas, répondre à son besoin va ressourcer une personne. Au contraire : ignorer son besoin va faire baisser son humeur, voire entrainer un sentiment de déprime, d’énervement, de malaise.

L’ignorance d’un besoin cause une baisse d’énergie. On note alors l’apparition de ‘symptômes’ allant de la mélancolie à la déprime, l’irritabilité ou le doute. On peut ne pas s’en rendre compte avant un moment. Mieux vaut donc être conscient de sa ‘tendance’ (plus ou moins marquée) et apprendre à repérer ses ‘symptômes’ de baisse d’énergie les plus courants.

Témoignage

Pour ma part, je suis introvertie, ayant en l’occurrence été une enfant extrêmement timide. En tant qu’adulte, j’ai souvent besoin de temps seule pour me retrouver, je suis plus facilement à l’écoute de mes besoins en étant seule, et si je suis sans arrêt entourée pendant une période prolongée, je deviens froide, distance, impatiente et fébrile. Je suis aussi plus à l’aise dans une discussion ‘face-à-face’ avec une personne, qu’au milieu d’un groupe.

Pour autant, je mets de plus en plus les relations humaines au cœur de ma vie, et pour autant que ce soit des relations ‘élevées’, basées sur un échange positif ; je vis les moments d’échange comme extrêmement ressourçants, même en groupe. J’ai par exemple, à plusieurs reprises, encadré des équipes de plusieurs dizaines de personnes dans le cadre d’un événement ou donné des conférences, et ces moments ont été pour moi exceptionnels ! Toutefois, ce que je vis le plus intensément sont les échanges ‘1-1’ avec les personnes de l’équipe/assemblée plutôt le groupe dans son ensemble, et après un tel moment, je suis à la fois euphorique et vidée. J’ai alors besoin d’un bon moment de calme et de solitude pour me retrouver et intégrer toute la richesse des échanges que j’ai eus, assimilé ce que j’ai vécu, et être prête à recommencer.

Et vous ?…

Et vous, comment vous ressourcez-vous ? Quelles sont les situations dans lesquelles vous vous sentez ‘comme un poisson dans l’eau’ ou celles où vous sentez votre humeur baisser ? Quels ‘signes’ pouvez-vous identifier qui vous aide à l’avenir à répondre plus rapidement et efficacement à votre besoin de solitude ou celui d’être entouré ?

Les lieux ont une énergie – comment l’utiliser à bon escient ?

Les lieux ont une énergie – comment l’utiliser à bon escient ?

energie-des-lieuxAvez-vous déjà eu ce ressenti ? Certains lieux vous inspirent, vous “énergisent”. Tandis qu’à l’inverse, d’autres environnements vous “plombent” ? Bon, attention à la simplification à outrance : les « ancrages » (émotions associées à un lieu) peuvent influencer très fortement notre vécu d’un moment dans un lieu connu. Il en est de même pour les circonstances qui prévalent lors de la découverte d’un nouvel endroit.

Prise de conscience

Depuis une année, et cet été en particulier, j’ai découvert presque quotidiennement de nouveaux endroits. Puis je suis partie vivre à la campagne (village), alors que j’avais toujours été ‘citadine’. J’ai alors réalisé que chaque lieu/ environnement a une ambiance et une énergie propre ; et j’ai appris à la percevoir. Au-delà du « binarisme » primaire entre ‘bonne’ et ‘mauvaise’ énergie (ce que l’on entend parfois au sujet des villes), je pense surtout que l’énergie d’un lieu est plus ou moins en adéquation avec notre propre énergie, à un moment donné.

Je suis consciente que ce sujet est abstrait, je m’explique…

Energie des lieux : ville versus campagne

Pour faire simple, il est prouvé scientifiquement – et la plupart d’entre nous le percevons – que la nature a un effet apaisant et ressourçant sur nous. La simple vue d’un arbre, même en photo, contribue à faire baisser la tension artérielle ; l’air y est plus pur, etc. Ce n’est pas par hasard si de nombreuses activités de loisirs se pratiquent en plein air et que l’on parle de « se mettre au vert » pour se ressourcer… Un contact que les citadins se contentent de vivre ‘par petites touches’, ceci générant un manque, souvent inconscient.

A l’inverse, la ville a une énergie très différente, davantage contrastée. A la fois ‘négative’, avec le bruit, la pollution, le stress ; à la fois très dynamisante et stimulante. Cette énergie s’explique par la densité d’activités, de stimulii visuels, de sons, d’odeurs. Mais surtout par la synergie générée par la présence de nombreux esprits au même endroit, propice à l’innovation, l’action ou la créativité. D’après diverses recherches (voire références plus bas), c’est cette émulation collective qui aurait poussé nos ancêtres à se sédentariser, puis créer des groupements humains de plus en plus grands. Et ce en dépit des nombreux inconvénients associés : appauvrissement de l’alimentation (passage de la cueillette à l’agriculture), propagation des maladies, liberté de mouvement réduite, etc.

Cette distinction ville/campagne est nuancée par tous les intermédiaires qu’il existe entre la nature sauvage, des villages et des villes de toutes tailles ; et le fait que chaque lieu est différent et dispose, de fait, d’une énergie qui lui est propre.

Voilà pour l’énergie des lieux. Je donne ces exemples bien tranchés parce qu’ils sont plus faciles à appréhender.

Un décalage d’énergie – témoignage

Cet été, j’ai constaté que travailler (écrire mon 2e livre, créer un e-coaching pour accompagner des gens dans leur changement de vie,…) à la campagne ne fonctionnait pas pour moi. Je me sentais insuffisamment ‘connectée’ aux autres (mes lecteurs, clients,…) et manquais de stimulation. Me sentir en vacances au quotidien était bien agréable, mais être productive est devenu une lutte. En allant passer quelques heures en ville (quelque soit la ville), j’ai été étonnée de constater comme les idées et l’énergie productive revenaient rapidement, même si, au bout d’un moment, les stimuli extérieurs innombrables (publicité, vitrines, personnes, véhicules, bruit,…) fatiguent et font baisser l’inspiration.

Choisir la bonne énergie

L’idée qu’il y a derrière cet article est d’apprendre à percevoir ces différentes énergies, pour choisir le lieu où l’on vit, travaille ou passe la journée, d’une manière qui soutienne notre propre énergie, selon nos besoins du moment. En effet, ceux-ci ne sont pas les mêmes, selon que l’on écrive de la poésie, dirige son entreprise, construise une maison, ou se repose. On le fait souvent inconsciemment; mais alors on peut aussi se retrouver dans un environnement inapproprié.

Choisir un lieu en conscience est un moyen d’accroître son énergie, et ainsi de sentir mieux, plus créatif ou productif, plus détendu ou ressourcé ; selon le moment. Les réalisations de notre vie sont le fruit de nos états intérieurs. Plus on a d’énergie, plus on fait ces choses bien, et de manière agréable. L’environnement : lieu, personnes,… ainsi que notre hygiène de vie, y contribuent largement. L’extraordinaire est fait de petites choses !

Sur la question de la création des villes

  • livre: Sapiens, Y. N. Harari, Ed. Albin Michel, 2015
  • reportage ARTE, Aux origines des civilisations – La naissance des villes
Le nomadisme, un état d’esprit ?

Le nomadisme, un état d’esprit ?

nomadisme vs sédentaritéLe nomadisme serait-il un état d’esprit ? C’est la question que je me suis posée tout récemment, en ayant soudain l’impression que ma phase « nomade » était terminée.

Devenir nomade : un défi pour s’alléger

Pour mémoire, je me suis lancé, il y a un peu plus d’une année, le défi de m’alléger matériellement (vider mon appartement), pour pouvoir ‘voyager léger’ et devenir ‘nomade’. Après avoir vendu et donné la quasi-totalité de mes possessions, j’ai quitté mon emploi, rendu mon appartement et quitté Genève (Suisse) où j’avais presque toujours vécu.

Mon expérience du nomadisme

Pendant un peu moins d’un an (novembre 2017-septembre 2018), j’ai vécu « officiellement » à 3 endroits dans régions distinctes de Suisse, toujours en colocation. J’ai séjourné dans une vingtaine d’endroits – essentiellement en Suisse –. J’ai visité environ 50 villes, villages et lieux différents. Le tout en travaillant, entre « chez moi », cafés, trains, bibliothèques et extérieur. En parcourant également des milliers de kilomètres en train, en rencontrant et visitant des gens ; en possédant environ 300 objets en tout et pour tout, et avec un budget mensuel de moins de 3000 CHF (ce qui en Suisse n’est pas beaucoup).

Signification personnelle du nomadisme

Le terme « nomade » couvre une grande variété de significations, et d’ailleurs celui de « sédentaire » également. Alors que j’emménage dans un appartement loué (et non chez quelqu’un), en couple, dans une région où je me vois rester à moyen-long terme, j’ai soudain l’impression d’avoir bouclé mon étape « nomade ».

Le caractère « nomade » tient pour moi à :

  • une optique ‘à durée déterminée’ par rapport au lieu où l’on vit
  • la légèreté matérielle, une simplicité du mode de vie
  • la non-dépendance à un lieu de travail

Des avantages et des inconvénients

Les atouts du nomadisme tel que je le conçois sont :

  • une immense liberté de mouvement (et liberté tout court)
  • la légèreté et l’indépendance liée au nombre réduit de possessions et généralement de frais financiers
  • la rencontre de nombreuses personnes, la découverte de nombreux endroits

Les inconvénients, tels que je les ai perçus :

  • l’importance prise par les aspects pratiques du quotidien, la nouveauté presque permanente et les trajets qui peuvent, à l’excès, causer une intense fatigue psychique (stimulation et besoin d’adaptation)
  • le risque de volatilité des relations sociales et/ou l’effort pour maintenir celles existantes

Après 2 mois presque sans domicile fixe, à me déplacer quotidiennement (de 10 minutes à plusieurs heures de trajet), à séjourner dans 8 lieux différents dispersés géographiquement, à visiter environ 25 villes, villages et lieux, je me suis rendu compte que non seulement je ne parvenais pas à travailler, mais aussi que j’étais régulièrement épuisée et hyper sensible, comme en « régression ». L’adaptation à la nouveauté, quasi-permanente, la difficulté de maintenir des habitudes (en plus d’autres facteurs, liés aux lieux), ne me laissaient plus suffisamment d’énergie pour fonctionner normalement.

Combiner le meilleur de 2 modes de vie

Cette phase est maintenant terminée. Je considère qu’en prenant un appartement à durée indéterminée, en couple, dans une région où je me sens particulièrement bien, je me « sédentarise » à nouveau. Pour autant, je fais en sorte de conserver les avantages du nomadisme : légèreté matérielle en ré-acquérant le moins possible de choses ; liberté de mouvement, en restant nomade professionnellement, et en rayonnant à partir d’un point fixe central ; et une vie relativement simple, peu dépensière.

Libre et enracinée

Equilibre et nuance… la voie du milieu comme idéal. L’exploration des « extrêmes » (sédentarité marquée lorsque j’étais à Genève, avant novembre 2017 et nomadisme radical en août-septembre 2018) a été passionnante. Ma conclusion : rester libre dans tous les aspects de ma vie, tout en ayant la stabilité conférée par un point de référence (lieu de vie, relation de couple), où planter ses racines. Un joli paradoxe, je trouve : être libre et bien enraciné(e). J’aime ça, et vous ?