Image coeur fleur en illustration du changement qui vient de l'intérieurLe changement positif qui vient de l’intérieur

Une pétition par-ci, un relai d’information, une manif… la forêt équatoriale, la précarité chez nous, les réfugiés, les espèces animales menacées, les mines antipersonnelles, les femmes battues, la sur-consommation, l’éducation, la fonte des glaciers, la recherche contre le cancer,… Les causes sont infinies et les actions mises en place aussi. Comment choisir? Comment avoir l’impression d’être utile? Brasser de l’air, soigner sa conscience, se défouler, ou créer?,…

Filtres et capacité d’action

Sans filtre conscient, on se laisse facilement la sur-information négative affecter notre vision du monde, et réduire notre force vitale, notre amour de l’humanité, du monde ; et plafonner notre capacité d’action.

Se laisser toucher sans filtre par les injustices et les drames du monde, au contact de ce qu’il y a de plus petit, médiocre et misérable en l’humanité/la société, affecte également notre amour propre, notre capacité à donner, à être en paix et libérer notre potentiel. On se rabaisse au contact de ce que l’on perçoit de petit, en tant que citoyen/membre d’une communauté/humain, ou on se ferme, on ferme son coeur pour se protéger, ou par dépit de ‘contribuer à ça’…

Il y a tellement à faire

Choisissons avec soin nos combats. Et si nous prenions le temps d’y penser? Si nous prenions le temps d’identifier une cause qui nous touche aux tripes, tellement qu’elle nous amène à nous dépasser, à donner le meilleur de nous-mêmes ; pour réellement apporter une contribution qui ait du sens, qui aide les gens, qui amener un changement notoire.

A quoi voulez-vous contribuer, vraiment?

Faire une différence significative? Qu’est-ce qui parle à votre coeur? Qui voulez-vous le plus aider? Qu’est-ce qui heurte le plus profondément vos valeurs? Choisir son combat, son rêve, sa mission, et construire consciemment, patiemment, plutôt que de se disperser, essayer de tout faire, dans l’urgence de l’émotion, en guettant des résultats visibles immédiatement.

Effet immédiat ou travail de fourmi?

Certaines situations requièrent une attention et une action immédiate, mais il n’y a pas que ça. Si Amnesty International parvient à faire libérer des prisonniers d’opinion (e.a) à travers le monde, grâce à des actions urgentes – pétitions ou envoi de lettres – c’est grâce à un vaste réseau de membres et militants, des partenaires de terrain, l’expérience d’années d’action qui leur ont donné leur crédibilité, dans de nombreux pays.

Veiller à faire les choses avec le coeur, plutôt qu’avec l’égo. Partager pour inspirer, pas pour se comparer, juger ou culpabiliser.

Combat frontal ou semer des idées?

Une prise de conscience auprès d’un dirigeant, proposer, susciter l’intérêt, plutôt que de combattre de front, amenant « l’autre », indéfini, à se camper sur, à renforcer ses positions (« on renforce ce contre quoi on lutte »), voire à se fermer à des champs entiers de solutions « ah, ces écolos! ». Même infime, c’est la qualité qui compte. Le grain de sable dans la machine, le battement d’aile d’un papillon, l’idée semée en rêve qui va mûrir, comme dans le film Inception.

On est pas seul

Prendre conscience qu’on est pas seul. La plus grande part ne se voit pas, ne se dit pas, ne se distingue pas par un Nobel, une intervention dans les médias, un buzz sur la toile, et encore moins dans les actus. A l’image de Gandhi, les plus grandes âmes agissent dans la discrétion, par petits pas humbles, sur la durée. Et si tous n’ont pas l’envergure de l’action de Gandhi, ils sont innombrables. Beaucoup de gens contribuent à leur niveau, à leur manière, que ce soit spectaculaire ou invisible. Chacun selon ce qui le touche, selon ses talents, son histoire,… avec le coeur.

Prendre le temps d’écouter son coeur…

ce qui résonne le plus, ce qui a le plus de sens, profondément ; pour soi, pour les autres et pour le monde, développer une vision à long terme, voir grand ; une vision suffisamment forte, puissante, stimulante, pour nous porter et nous aider à nous dépasser, et apporter une contribution forte au monde.

=> Comment voulez-vous contribuer?

Précision: l’usage du mot ‘ou’ ne se veut pas exclusif. Il veut plutôt amener une alternative à laquelle on ne pense pas toujours d’entrée et s’entend dans le fond comme un ‘et’.

Suggestions de lectures sur ce blog:

=> Qu’est-ce que tout cela vous inspire? Et si vous vous faisiez le cadeau de l’exprimer? 🙂