Comment vivez-vous le changement actuellement?

photo feuilles printanière comme illustration changementComment vivez-vous le ‘déconfinement’ progressif actuel ? Chacun de nous a vécu le confinement lui-même de manière très variée : en mode extrême ou plus souple, seul, en coloc’ ou en couple, en famille, avec ou sans enfants, avec ou sans télé-travail, avec ou sans école à la maison, avec ou sans voisins bruyants, avec ou sans stress financier,…

Pour ma part, je l’ai vécu en mode assez radical, seule dans un studio, dans un village où je venais d’arriver à début mars (alors que j’ai toujours vécu en ville), avec un revenu extrêmement réduit. J’y ai fait des expériences – autour de la stabilisation et de l’ancrage alors que mon changement de vie est encore tout frais -, et la sortie de confinement n’en est pas la moindre : une sortie de caverne ‘à la Platon’ (vous connaissez ce fameux mythe de la caverne?).

Je vis maintenant dans un état d’émerveillement quasi-permanent : retourner pour la 1ère fois à Neuchâtel en train (j’adore cette arrivée par le haut de la ville!), à pied par les hauts avec une vue panoramique exceptionnelle sur le vignoble, le lac et les montagnes ; retrouver les lieux que j’aime, retourner au marché,… Un émerveillement d’enfant, une joie telle que j’ai la larme à l’oeil et le sourire hilare. Savourer les petites choses comme si je revenais à la vie. Un état que je m’engage envers moi-même à conserver et pérenniser

Et vous, comment le vivez-vous?

Pour tous à divers degrés, cette crise a posé et continue à poser des questions : elle nous invite à questionner des habitudes, des pratiques, sur le plan individuel et collectif.

En cette sortie de déconfinement aussi :

Cela va-t-il recommencer comme avant ? Quand ? Jusqu’à quel point ? Cela a-t-il du sens ?

Quelle occasion de changer, et comment, dans ma vie, dans mon rapport aux autres et ma contribution au monde ?

→ Si j’ai opéré autrement sur le plan professionnel, ai-je vraiment envie de continuer comme avant ? → Qu’ai-je découvert dans cette phase de crise que je voudrais conserver au-delà, et comment faire ?

→ Et si ma vie n’a en fait pas vraiment été chamboulée, par exemple parce que j’ai continué à travaillé « normalement », qu’aurais-je peut-être voulu avoir l’occasion de faire ? Qu’aurais-je fait d’un confinement ?

Le changement fait partie de nos vies et se manifeste plus ou moins intensément, à toutes sortes de niveaux, de nombreuses fois au cours d’une vie. Là, il nous concerne tous plus ou moins, en même temps. Au flou ou aux questionnements individuels s’ajoute un flou et un questionnement collectifs.

Comment vivez-vous ces questionnements?

La rubrique « commentaires » ci-dessous accueille avec plaisir vos témoignages et vos partages. Pour des questionnements ou des partages plus personnels, n’hésitez pas à prendre contact avec moi. Merci d’avance!

[/et_pb_text]

(Bien) vivre / oser le changement

Ressentez-vous un besoin d’aide pour mettre des mots sur votre vécu actuel? Surmonter des peurs? Donner du sens? de l’enthousiasme? + de vie?

Oser le changement peut vous aider: c’est un guide pas-à-pas, sous forme de livre-audio, à travers les différents aspects et étapes du changement: prise de conscience, gestion de la peur, se donner un but, savoir ce que l’on veut, soutenir sa motivation, persévérer,…

Curieux-se? En ce moment, jusqu’au 31 mai, la méthode est à prix réduit: 20 CHF au lieu de 25.

En bonus: un guide pratique: « La peur – la dépasser pour devenir inerrêtable ».

[/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

Partage du coeur – donner et recevoir

Photo illustrant l'article intitulé Partage du coeur - donner et recevoirCe matin, je suis allée faire quelques courses à l’épicerie du village.

Alors que ces derniers mois, je me suis régulièrement sentie limitée financièrement, et me suis souvent questionnée sur ce que je m’offrais ou non, au-delà de « l’essentiel », j’ai cette fois vraiment suivi mes envies, confiante que pour vivre « en conscience », celles-ci sont l’expression de mon cœur et sont alignées avec ce qui est bon pour moi, sans superflu. J’ai choisi tout ce qui parlait à mon cœur, le reste ne résonnant simplement pas. Cela restait simple, même trop pour la plupart des gens sans doute, et pour moi c’était tout le luxe que j’avais envie de m’offrir ces jours.

Les prix des fruits et légumes étant particulièrement élevés en ce moment, j’en avais pour 30.- (CHF). Carte sans contact, une fois ça ne passe pas, classique. 2e fois: solde insuffisant. Encore un essai. Toujours pas. Oui, cela fait des mois que mon compte est en négatif et ça a toujours marché. L’ironie est même que je suis seulement à -100.- alors que depuis 3-4 mois j’étais presque toujours autour de -300.-. A la 2e tentative, le monsieur qui était en même temps que moi dans le magasin, avait déjà sorti son porte-monnaie.

Il s’approche. J’ai encore ma carte de crédit comme jocker.

Il dit: -« Enlevez cette carte que je puisse utiliser la mienne ».

Moi: – « … Mais c’est 30.-… »

Lui: – « J’ai la chance d’avoir un salaire et d’être encore payé ». [On est en plein confinement dû au Cornavirus]

J’admets – « Oui, moi j’ai une activité indépendante, encore en développement, c’est pas tout simple en ce moment… »

-« Alors, vous voyez! »

-« Merci beaucoup, c’est vraiment très gentil. Est-ce que je peux vous offrir quelque chose? » (J’ai un billet de 10.-).

-« Non, non, vous le rendrez, d’une manière ou d’une autre ».

-« Oui, c’est pour ça que je construits tout ça ce que je fais depuis des années… ».

-« Alors… »

Oui, c’est bien pour ça que j’ai ‘changé de vie’, que j’ai laissé tout derrière moi, ma vie d’avant, que j’ai cherché la liberté absolue, exploré dans toutes les dimensions jusqu’à l’épuisement, que je persévère au-delà de tout bon sens apparent, avec une vie qui ne ressemble pas encore à grand-chose de l’extérieur, essentiellement seule sur mon chemin depuis des années, un mode vie d’ermite à de nombreux moments, souvent « dans ma bulle », à écrire des kilomètres…, avec des dépenses réduites à l’extrême…

…Pour suivre mon cœur… et je sens que j’émerge ces jours…avec une joie encore vaguement incrédule, et ce que je prends comme un sublime signe aujourd’hui: que quand on suit son cœur, quand on ose d’offrir ce qui nous fait du bien, on élève notre énergie, et on attire à soi la « chance », l’abondance et les personnes qui vivent connectées à leur cœur. Faire l’expérience merveilleuse de recevoir le cœur ouvert, avec le désir profond de très vite, faire le même genre de geste du cœur pour quelqu’un d’autre, pour tous ceux qui croisent ma route, pour le monde.

La vie se vit le cœur ouvert. Ça fait peur, ça fait mal parfois, mais quelle merveilleuse récompense: Vivre, tout simplement!

Belle journée à tous!

Oser le changement

Photo d'un ponton sur un lac pour illustrer Oser le changementUn livre audio pour apprivoiser et réussir le changement dans sa vie

Un processus global

Actuellement, l’humanité connaît une évolution considérable, entraînant une multitude de changements dont plusieurs sont perceptibles au quotidien. Au-delà des aspects concrets, se joue également un éveil des consciences qui se traduit par l’engouement pour le développement personnel, les médecines dites alternatives, l’évolution des comportements en termes d’alimentation, la multitude d’initiatives locales et citoyennes partout sur la planète (ONGs, agriculture, éducation, coopératives,…).

Entre espoir et peur

Tout ceci forme un contexte merveilleusement porteur d’espoir et stimulant, tout en représentant dans la vie de chacun, un défi potentiellement déstabilisant : statut d’employé de moins en moins symbole de sécurité, automatisation, conciliation vie privée/vie professionnelle, modes de vie, enjeux environnementaux,…

Le changement est un processus par définition effrayant, parce qu’il nous amène à modifier nos repères, notre vision du monde. Difficile à appréhender pour notre esprit, il est naturellement associé à des résistances. Alors, que faire du changement ? Résistance ou opportunité ?

Un livre audio pour apprivoiser le changement

Le livre audio Oser le changement vous invite à mieux comprendre et apprivoiser le changement, pour en faire la plus belle des opportunités : retrouver la sérénité, exprimer son potentiel, évoluer et faire des choix conscients pour vivre mieux.

Oser le changement est découpé en 6 chapitres, comme 6 étapes d’un processus de changement :

1. Prendre conscience d’un besoin de changement

2. Changer, pour quoi ?

3. Préparer et accompagner le changement

4. Franchir le pas

5. Vivre et persévérer dans le changement

6. Prendre un nouveau départ

Une méthode évolutive basée sur la pratique

Ce livre est le partage documenté d’une phase de changement de vie intégral, vécu en conscience. Il vous propose des mots, des idées, des outils, pour vous aider à mieux comprendre et vivre le changement, grand ou petit.

L’ouvrage lui-même se veut évolutif. Des mises à jour, bonus et compléments seront régulièrement disponibles.

Infos pratiques

Parce qu’il est auto-édité, et dans le but de le mettre à disposition au plus vite, Oser le changement est pour le moment disponible uniquement directement auprès de moi (l’auteur). Prenez contact avec moi, et à la réception du paiement, je vous ferai parvenir par email (via Wetransfer) un fichier zip de 22 fichiers mp3 et 2 fichiers pdf (table des matières et références).

Prix: 25 CHF ; payable par virement bancaire ou Twint.

 A disposition pour toute question! 

 Sur le site: page Oser le changement

 

Pour continuer votre lecture

Réveillons-nous! Liberté, écologie, développement personnel – tout est lié

Croyez-vous que « faire des efforts pour la planète » pourrait restreindre votre liberté?

Alors que la plupart d’entre nous (j’utilise délibérément le ‘nous’ généralisant pour simplifier la lecture dans le reste du texte) articulons toute notre vie autour des (non-)choix des autres:

  • Nos horaires, dictés par notre employeur (/l’école), jusqu’à nos vacances et nos moments de repos ; allouant des plages fixes à chaque activité sans aucune flexibilité
  • Nos achats, largement influencés par les modes, les choix des lobbys, les messages de la publicité, des assortiments des grandes surfaces (acheter un produit juste parce qu’il est en action…)
  • Nos loisirs, par les gens autour de nous (« il faut absolument que tu fasses ça! »), la pub, ou nos points cumulus
  • Notre maison (=refuge, chez soi, nid,…), où on se prend la tête à ranger, nettoyer, chercher, parmi la surcharge d’objets, de papiers, de nourriture, vêtements,…

et on attend la retraite, parfois sans savoir davantage ce que l’on veut faire de toute cette liberté, tablant (sans vraiment comprendre comment) sur le fait que la société nous permette de continuer notre train de vie en récompense des sacrifices concédés pendant 30 ou 40 ans…

Réveillons-nous!

Et si nous osions au moins nous poser la question de nos besoins réels, à nous, de notre corps, de notre esprit: « qu’est-ce que j’aime vraiment? »? Sortons de l’état « mental » permanent, des ‘il faut/je dois’. « Qu’est-ce qui me fait vibrer, me sentir vivant-e, vraiment? »

Revisitons nous croyances/convictions, sur nous, les autres, le monde. Osons essayer des choses nouvelles, celles proposées par notre cœur (cette idée irrationnelle voire complètement folle qui revient encore et encore: c’est probablement la plus sensée de toute!), apprenons à sentir/observer ce que cela génère en nous. Est-ce notre voix ou celle, projetée, de quelqu’un d’autre?

Sortir du moule

Oui, sans nulle doute, à l’image du « panier de crabes », nos proches, à coup de légères inquiétudes, de regards surpris, de conseils raisonnables, essayeront (inconsciemment) de nous ramener parmi eux, dans le confort terne de l’inconscience. Autorisons-nous à ne pas être compris, au moins un temps. Alimentons notre flamme – au risque de souffrir d’étouffement pour le reste de notre vie -, et quand elle brillera avec suffisamment d’éclat, les autres s’y intéresseront, et malgré leurs appréhensions, viendront s’y inspirer, s’y réchauffer. On est bon pour personne quand on est malheureux ou même juste « ok ».

Oser briller

Et que croyez-vous qu’il se passe, quand vous nous éveillons, à l’écoute de notre cœur, de nos besoins ; à s’autoriser à faire ce qu’on veut, quand, où et avec qui nous voulons, vraiment? Non seulement nous brillons et aidons les autres à briller à leur tour, mais nous arrêtons aussi de consommer comme des canards qu’on gave ; parce que nos besoins profonds (sécurité intérieure) sont simples et beaux, proches de l’essentiel ; et que nous n’avons plus besoin de compenser nos frustrations latentes et quotidiennes en se remplissant de n’importe quoi!

Et s’harmoniser avec ce qui nous entoure

Être éveillé, connecté à soi, c’est aussi être conscient que l’on fait partie d’un Tout (-> la « planète » du début) et s’harmoniser naturellement avec, au moins jusqu’à un certain point.

La plus grosse part de notre consommation absurde et effrénée est due à l’inconscience profonde et tellement peu naturelle qu’on s’en libère assez rapidement une fois qu’on s’autorise, par exemple, à faire au moins une activité « professionnelle » (celle qui occupe la plus grande part de votre temps) avec laquelle on se sente réellement en accord.

Et si nous autorisions à nous poser des questions?

« Un cavalier fonçait sur une route. Un paysan qui le vit passer lui cria: « Et où allez-vous comme ça? ». Le cavalier: « Je ne sais pas, demandez au cheval! ».

Et vous, où allez-vous?

Suggestions de lectures sur ce blog:

=> Qu’est-ce que tout cela vous inspire? Et si vous vous faisiez le cadeau de l’exprimer? 🙂