Ranger, se désencombrer, trier, ou comment se rendre la vie plus légère. Se désencombrer matériellement c’est réduire la masse, alléger, que ce soit dans son logement, dans sa tête, ses émotions.

En ce qui concerne son logement (incluant toutes ses possessions, y compris la cave, le grenier, etc.), cela consiste à supprimer le poids de toutes ces affaires que l’on a et que l’on n’utilise jamais ou peu, réduire le nombre pour avoir une vision d’ensemble, retrouver rapidement, éviter de créer des doublons en achetant un objet/produit que l’on a déjà sans le savoir.

Réduire le nombre de ses affaires, c’est simplifier son rangement, c’est simplifier la vie quotidienne. C’est ne plus perdre de temps à chercher un vêtement, un plat à gratin, un livre, parce que l’on a que ce qui nous est utile et qu’on sait où le trouver.

Trier efficacement : par étapes et avec méthode

Première étape indispensable : trier. Pour cela, il faut agir par étapes, et jouer le jeu à fond : pour chaque catégorie d’objets rassembler tout (vraiment) tout en un endroit, considérer chaque objet, le prendre dans ses mains, l’essayer si c’est un vêtement, et se poser les questions :l’ai-je utilisé dans les 6 derniers mois (12 pour les vêtements liés à une saison) ? cet objet m’apporte-t-il du plaisir ?

Si la réponse aux deux questions est non, il est vivement recommandé de s’en séparer. Si vous éprouvez de la peine à vous séparer d’un objet que pourtant vous n’utilisez jamais, cette idée peut peut-être vous aider : Un objet a une fonction et c’est sa mission dans la vie. S’il ne peut pas servir à ce pour quoi il est prévu et sommeille dans un carton, il est malheureux. Même s’il vous vient de votre père, votre grand-mère,… mieux vaut lui offrir une seconde vie en le donnant plutôt que de le conserver inutilisé.

Si la réponse à la question 1) est oui, mais que la 2) est non, vous pouvez envisager de le débarrasser, à condition de ne pas être tenté de le remplacer immédiatement.

Si la réponse à la question 1) est non, il conviendrait de se séparer de l’objet concerné. Si vous avez un doute (oui à la question 2)), faites un 3e tas (en plus de celui « à garder » et « à débarrasser »), que vous mettez de côté (en tenir compte dans votre rangement) : 6 mois après, vous y revenez et débarrassez tout ce que vous n’avez pas utilisé depuis.

Les ouvrages sur le rangement et le désencombrement matériel prônent de procéder par catégories : 1) les livres (tout ce qui est assimilé à un livre) et papiers, 2) les vêtements, tissus, accessoires, chaussures, 3) autres objets, bricolage, couture, loisirs, cuisine,… (dans ce cas, procéder par type d’activité), 4) papiers, 5) souvenirs, petits bibelots, tout ce qui a une valeur sentimentale, photos.

L’idée est de partir du plus facile, et une fois qu’on est lancé dans la dynamique du tri, être prêt à aborder ce qui est plus émotionnel.

Le rangement : une manière de se simplifier la vie

Une fois le tri fait pour une catégorie entière et que vous en êtes satisfait, vous pouvez passer à la 2e grande étape : le rangement. Pour cela, réfléchissez à l’emplacement en termes d’accessibilité (dans quel pièce utilisez-vous cet objet?), d’accès (les choses utilisées le plus couramment devant), d’adéquation entre la taille de l’objet et la taille du rangement. Pour les livres et les vêtements, c’est relativement facile. Pensez à prévoir des boites en tissu pour conserver les vêtements d’hiver en été et inversément, sous un lit, en haut d’une armoire,… Pour d’autres objets, éviter les tiroirs trop pleins impossible à ranger et idem pour les bas d’armoire. Pour les moyens et petits objets, prévoir des boites, adaptées à la quantité, dans lesquelles vous rangez une catégorie d’objets définie et vous y collez une étiquette (qui soit visible une fois dans l’armoire/étagère).

Pour ce qui est du rangement, un point essentiel pour se sentir plus léger : avoir une place pour chaque chose : des objets qui n’ont pas de place trainent forcément dans un tiroir ou sur un meuble et l’on oublie leur existence à force de les voir. Il génèrent toutefois une certaine anxiété, surtout dans un petit espace. L’idéal est d’avoir des pièces aérées peu chargées et des rangements pas trop visibles, bien organisés. Une décoration limitée. Si vous avez beaucoup d’objets que vous aimez, changez régulièrement votre déco plutôt que de vouloir tout mettre en même temps. Créez des ambiances, en fonction des saisons ou de votre humeur. Ca fait du bien et aide votre intérieur à rester harmonieux.

Mon expérience : toujours simplifier davantage

Pour ma part, de multiples déménagements m’ont incités à me désencombrer par étapes depuis des années et à chaque fois, j’ai encore l’impression d’avoir trop de choses. Dernièrement, j’ai fait un nouveau tri, complet, qui m’a fait un bien fou, parce que je me suis enfin décidée à débarrasser de certaines choses que je n’avais jamais vraiment considérées : le vieil appareil photo argentique de mon père, que pourtant je n’utilise plus ; des photos papier d’il y a 15 ans ou plus, des dictionnaires, encore des cours de l’uni,… A chaque objet que je donne ou que je jette, je me dis « ouf, c’est toujours ça en moins à porter à mon prochain déménagement ».

Après avoir trié livres, dictionnaires, documents de travail, puis les vêtements, je me suis attaquée aux accessoires de bricolage/activités artistiques/couture, en rangeant tout par thèmes dans des boîtes adaptées (emballages de forme pratique que j’avais conservés), étiquetées et placées sur un rayon d’armoire de manière à ce que les étiquettes soient visibles. Les cds de musique auxquels je tiens (même si je les ai sous forme de mp3), je les ai classés dans une fourre adhoc avec leur pochette et j’ai jeté toutes les boîtes. C’est joli, les fourres sont bien utilisées et le gain de place est important.

Enfin, le plus satisfaisant a été le tri de mes photos papier: depuis mes premières photos de qualité douteuse de quand j’avais 9 ans, aux courses d’école du cycle, les soirées du collège, les camps de scouts, les sorties de géologie et les voyages. J’ai tout trié, jeté toutes les enveloppes et regroupé les photos conservées par thème (école, scouts,…) dans des fourres en plastique (pour classeur): c’est transparent et ça prend peu de place. Je les ai empilées dans une jolie boite plate et carrée et décoré la boite. Résultat: je sais tout ce que j’ai, ça prend peu de place et j’ai du plaisir à les regarder.

Références bibliographiques:
– Se désencombrer de l’inutile, R. Poletti et B. Dobbs, Ed. Jouvence
– L’art de mettre les choses à leur place, D. Loreau, Ed. Flammarion